2 juillet 2018 -
News

Sophie Lamon : « Je suis déçue, mais heureuse d’avoir autant appris »

2 juillet 2018 -
News

Sophie Lamon : « Je suis déçue, mais heureuse d’avoir autant appris »

L’ancienne championne d’escrime, fer de lance sportive de Sion 2026, tire un bilan nuancé de cette aventure.

Sophie Lamon tourne la page. A double titre : celle de Sion 2026, projet dans lequel elle s’est fortement engagée, mais aussi celle de cheffe de la compétition à Swiss Fencing, la fédération suisse d’escrime. Dès cet été, elle rejoint Omega, pour laquelle elle officiera dans le marketing des événements sportifs que soutient la marque horlogère suisse. Lucide, elle revient sur la campagne de soutien à Sion 2026 et explique comment elle ressent l’échec de la votation en Valais.


« La déception est évidemment grande, elle est encore présente, peut-être même un peu plus parce que tout s’est arrêté abruptement et que je pense à toutes celles et tous ceux qui se sont engagés pour ce projet, les personnes de tous les milieux (associatifs, économiques, sportifs, politiques, culturels) qui se sont investis jusque dans les moindres détails pour faire de cette candidature un dossier aussi complet. C’est certainement ce que je vais retenir de cette longue campagne : j’ai découvert des gens, des univers, nous avons partagé des idées, nous avons cru en un grand projet qui avait le potentiel de changer les choses. Et ça, c’est très positif, je suis heureuse d’avoir appris autant à travers ce projet et ces personnes. Nous n’avons malheureusement pas réussi à convaincre une majorité des votants en Valais. Il faut accepter ce verdict, bien sûr, on le savait depuis le début. »


« Ce qui me laisse une certaine frustration, c’est que lorsque nous avons pu discuter avec des personnes qui s’interrogeaient, qui étaient même sceptiques, et que nous leur avons présenté le dossier en détail, une très grande majorité d’entre elles comprenait le sens de ce projet, sa vision à long terme, son aspect nouveau. La durabilité, la taille humaine, les principes de fonctionnement basés sur les infrastructures existantes, et le côté pionnier d’une application de l’Agenda 2020 du CIO qui aurait permis aux Valaisans et aux Suisses de montrer l’exemple au monde entier. Mais j’ai l’impression que depuis le début de cette campagne, de nombreuses personnes avaient une opinion arrêtée et qu’elles n’ont pas cherché à en savoir davantage. Nous faisions face à une vague de fond, avec un mélange de méfiance envers les grands projets et de défiance envers les grandes organisations. »


« Je crois aussi à un certain paradoxe : autant on nous reprochait de ne pas assez communiquer au début, autant durant les dernières semaines l’intensité de la campagne a pu lasser certains. Je crois malheureusement que l’on s’est trop focalisé sur des éléments certes importants (les finances, la sécurité…) au détriment des qualités émotionnelles qu’apportaient ce projet. »


Un attrait conservé

« Les sports d’hiver conservent leur attrait, j’en suis persuadée, les gens s’enthousiasment pour les compétitions, il n’y a qu’à voir l’engouement pour les épreuves de Coupe du Monde qui s’organisent chaque année à Crans-Montana. Ou la passion qu’a généré le parcours de l’équipe suisse de hockey sur glace aux Championnats du monde au Danemark. »


« Cela dit, c’est incontestable que les jeunes font moins de sport aujourd’hui qu’avant, et que le sport en général – au sens de sa pratique – est peut-être moins présent dans notre société. Les Jeux s’inscrivaient justement dans une démarche globale qui replaçait l’activité physique au cœur de la société. »


« Le Valais, à travers la candidature de Crans-Montana 2025, pourrait organiser les Championnats du monde de ski. Ce pourrait être un projet fédérateur, certainement. Mais il n’a pas la même dimension, ni le même potentiel que les Jeux Olympiques, ce n’est pas comparable. Il n’y a pas la même inclusion de l’ensemble de la société, ni le même apport financier, et cet aspect n’est pas négligeable. J’espère en tous les cas que l’élan qui a réuni autant de compétences et d’engagement autour du projet Sion 2026 se retrouvera dans d’autres idées à venir, et fera évoluer notre pays et notre canton dans la bonne direction. Que tout ce travail, toute cette énergie ne soient pas perdus. »

< Retour

socials icon Tous ensemble !

Sur les réseaux

Vous aimez partager votre enthousiasme? Faites connaître cette passionnante aventure !
#Sion2026

           

newsletter Toujours au courant

Newsletter

Si le projet vous intéresse, inscrivez-vous à notre newsletter

Votre adresse email ne sera pas communiquée à des tiers, vous ne recevrez que des informations relatives à la candidature de Sion 2026

© 2018 Sion 2026 – All Rights Reserved | web & design by WGR SA